Actalia

Accompagner les acteurs de la filière agroalimentaire pour la maîtrise de la qualité et l’innovation


  • Partager :
  • Mail

Actualités

07-08-2014

ACTALIA dans la presse (conception hygiénique, management de l’hygiène et virus)

– Revue IAA. 2014, vol. 130, n°05/06, mai-juin 2014, p.38-41

Validation des procédures de nettoyage et désinfection

Un article, rédigé notamment par Nicolas ROSSI d’ACTALIA, présente des travaux du RMT CHLEAN « Conception Hygiénique des Lignes et Equipements et Amélioration de la Nettoyabilité » (auquel ACTALIA participe) : résultats d’une enquête sur les pratiques d’autocontrôle des opérations de nettoyage-désinfection de 26 IAA du Nord-Pas-de-Calais indiquant que les entreprises restent majoritairement fidèles aux méthodes classiques d’analyse des surfaces par contact, et travail de recensement et d’évaluation des performances des différents dispositifs commercialisés.

– RIA. 2014, n°758, juillet 2014, p.63

Comment Actalia analyse le management de l’hygiène

ACTALIA et l’Université de Caen ont mené une enquête sur les types de comportement adoptés pour la gestion de l’hygiène en IAA auprès d’une vingtaine d’entreprises agroalimentaires de Basse-Normandie (directions et opérateurs).
Les résultats de cette enquête ont été présentés par Laurent DENEUVE, responsable technique du service Management Qualité et Sécurité des Aliments d’ACTALIA, à l’occasion d’une réunion organisée le 26 juin 2014 sur le site ACTALIA de Villers-Bocage (14) : les opérateurs préfèrent les modes participatif et persuasif, plutôt que les modes directif ou délégatif, mais il n’y a pas de comportement idéal, l’essentiel étant de s’adapter à la nature du problème à résoudre.

– Process Alimentaire. 2014, n°1316, juillet-août 2014, p.84

Sécurité des aliments. L’ozone pour lutter contre les virus

Porté par ACTALIA, et soutenu par la DRAAF Rhône Alpes et l’UMT ACTIA VIROcontrol, le projet Viro3 a évalué les performances de l’ozone, sous forme gazeuse et liquide (eau ozonée), pour la décontamination virale (norovirus et virus de l’hépatite A) des fruits rouges (framboises) et des salades (type laitue).
Ses premiers résultats, qui ont été présentées lors des journées « Innovations en agri-agro » du pôle Terralia le 13 juin 2014, sont encourageants : l’ozone gazeux pourrait permettre une diminution de 3,3 log des norovirus sur les framboises. Les travaux se poursuivent avec l’établissement de critères d’efficacité virucide de l’ozone (au moins 4 log) et l’étude des mécanismes d’inactivation des virus par l’ozone (projet CapsiVir).

 

Photo: Pixabay, le cas échéant