Actalia

Accompagner les acteurs de la filière agroalimentaire pour la maîtrise de la qualité et l’innovation


  • Partager :
  • Mail

Actualités

05-12-2017

Moins de contaminants chimiques dans les aliments bio ?

L’objet des recherches menées dans le projet ANR SoMeat était l’évaluation des bénéfices et risques éventuels liés à la consommation de viandes bio au regard de leurs teneurs en contaminants chimiques. Faisons le point sur les résultats de cette étude modèle sur la viande.

Le conseil scientifique pour l’agriculture biologique soulignait en 2011 que 95% des consommateurs français citaient la santé humaine et notamment les faibles teneurs en contaminants chimiques comme premier motif d’achat des produits «bio», mais aucune étude scientifique ne démontrait clairement le bien-fondé de ces allégations. En prenant la viande comme modèle, SOMEAT constitue la première étude de référence évaluant objectivement les risques et bénéfices éventuels des systèmes de production d’aliments bio et conventionnels au regard de leur teneur en plus de 250 contaminants comprenant des micropolluants environnementaux, des mycotoxines, des éléments inorganiques et des résidus de traitements vétérinaires ou phytosanitaires.

L’évaluation de la contamination des viandes a été réalisée à partir d’un échantillonnage représentatif des productions aviaires, bovines et porcines françaises.

Ce projet a révélé de façon rassurante que pour l’ensemble des contaminants chimiques recherchés, les niveaux de contamination sont en deçà des valeurs réglementaires européennes, que ce soit en bio ou en conventionnel.

Lire l’article complet sur le site de l’INRA

Photo: Pixabay, le cas échéant