Actalia

Accompagner les acteurs de la filière agroalimentaire pour la maîtrise de la qualité et l’innovation


  • Partager :
  • Mail

ActualitésSECTEUR AGRO

01-04-2015 Attitudes de consommation | Nutrition-Santé

Les repas des Français : combien, quand, où et comment ?

Des chercheurs de l’Inserm ont mené une vaste enquête auprès de 3000 personnes en Île de France (cohorte SIRS, qui étudie depuis 2005 les inégalités et déterminants sociaux de la santé dans le Grand Paris).

Les résultats de l’enquête révèlent cinq grandes pratiques alimentaires :

« Dans trois quarts des cas, les individus mangent trois fois par jour à des heures assez régulières, mais de trois façons différentes :

  • Pour un tiers des gens, le déjeuner a lieu majoritairement à l’extérieur, sur le lieu de travail ou au restaurant avec des collègues ou des amis. Ces personnes sont plutôt actives et éduquées.
  • Pour un quart, les trois repas ont plutôt lieu à la maison en famille. Ce sont ceux qui respectent le mieux la consigne des cinq fruits et légumes par jour.
  • Enfin, pour 17%, les repas sont également pris au domicile, mais seul, devant la télévision ou en écoutant la radio. Ces personnes sont plus impliquées dans la préparation de leurs menus. Elles sont plutôt âgées, seules et aux revenus modestes.

Le quart restant des personnes interrogées mangent plutôt deux repas que trois, sautant le plus souvent le petit déjeuner. Ces personnes grignotent davantage au cours de la journée et trouvent médiocre la qualité de leur alimentation. Du reste, ce sont celles qui respectent le moins les recommandations alimentaires. Deux catégories de personnes suivent ce rythme :

  • Celles qui mangent chez elles, le plus souvent devant la télévision bien qu’elles soient accompagnées de membres de la famille (13% des personnes). Ces individus sont peu aisés, moins éduqués, plus souvent d’origine étrangère.
  • Les autres au contraire, mangent à l’extérieur dans la convivialité, en compagnie d’autres personnes (12% des gens). Ces derniers sont plus instruits et correspondent davantage à la caricature « du bobo parisien célibataire » ».

Ces résultats montrent qu’il est nécessaire de segmenter les messages de santé publique pour s’adresser aux populations cibles.

Pour en savoir plus, consultez la référence IALINE n°384938.

Source : INSERM, 31/03/2015

Photo: Pixabay, le cas échéant