Actalia

Accompagner les acteurs de la filière agroalimentaire pour la maîtrise de la qualité et l’innovation


  • Partager :
  • Mail

ActualitésSécurité des aliments

16-10-2015 Réglementation | Sécurité des aliments

Consommation d’insectes : l’EFSA évalue les risques pour la santé et l’environnement

La Commission européenne cofinance actuellement un projet de recherche destiné à étudier la faisabilité d’utiliser des protéines d’insectes pour l’alimentation animale.  Elle réfléchit également à la manière de développer des politiques dans le domaine des nouveaux aliments et de l’alimentation animale afin de refléter l’utilisation potentielle d’insectes en tant qu’alimentation humaine et animale. C’est dans le but d’étayer ces travaux que la Commission européenne a sollicité l’avis scientifique de l’EFSA pour savoir quels seraient les risques liés à la production, à la transformation et à la consommation de cette source alternative de protéines.

Selon les experts scientifiques de l’EFSA, la présence éventuelle de risques biologiques et chimiques dans des aliments dérivés d’insectes dépendrait des méthodes de production utilisées, du substrat sur lequel les insectes sont nourris, de l’étape du cycle de vie à laquelle les insectes sont « récoltés », de l’espèce d’insecte, ainsi que des méthodes utilisées pour leur traitement ultérieur.

L’EFSA conclut que si des insectes non transformés sont nourris avec les aliments pour animaux actuellement autorisés, l’apparition potentielle de contaminants microbiologiques devrait être similaire à celle observée dans d’autres sources non transformées de protéines. Il existe en revanche peu de données disponibles sur les contaminants chimiques susceptibles d’être transférés depuis les différents types de substrat vers les insectes eux-mêmes.

La présence de prions – des protéines anormales susceptibles d’engendrer des maladies telles que l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) chez les bovins et la maladie de Creutzfeldt-Jakob chez l’homme– devrait être égale ou plus faible que celle observée dans les sources traditionnelles de protéines animales si le substrat ne comprend pas de protéines humaines (fumier) ou de protéines issues de ruminants.

L’avis scientifique prend également en considération les dangers possibles associés à d’autres types de substrat, tels que les déchets de cuisine et le fumier animal.

On s’attend également à ce que les risques pour l’environnement liés à l’élevage d’insectes soient comparables aux risques associés à d’autres systèmes de production animale. Les stratégies existantes de gestion des déchets devraient également s’appliquer à l’élimination des déchets engendrés par la production d’insectes.

Source : EFSA, 08/10/2015

Photo: Pixabay, le cas échéant